Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Didier Petit’

Cinquième solo(s) et troisième Soliloque, Don’t explain du violoncelliste Didier Petit.

Comme le funambule

suspendu à son ombrelle

je m’accroche

à mon propre déséquilibre

Gherasim Luca

Que ce soit avec l’exergue de Gherasim Luca, le texte de Francis Marmande ou les photos de Théo Jarrier, la musique de Didier Petit s’entoure de miroirs qui viennent la dire, la compléter, la déformer parfois dans la très belle pochette des 3 faces pour violoncelle, Don’t Explain, éditées par Buda Musique en 2009. Parfois orientalisant, bruitiste, chanté, toujours expressionniste, le solo de Didier Petit s’écoute avec le corps tout entier.

C’est en concert que l’on découvre à quel point Didier Petit entretient un rapport charnel quasi fusionnel avec son instrument : il le touche, le caresse, lui murmure des choses à l’oreille… Ecoutez ce qu’il dit de son rapport avec le violoncelle dans l’interview à Théo Jarrier retranscrite dans les notes de pochette de Don’t Explain :

« Le violoncelle est un outil. Il sert à jouer, créer; bousculer, revisiter, transfomer, gratter, transmettre, manipuler…

À un moment j’ai levé le nez de la partition pour découvrir ce qu’était la musique et j’ai trouvé un instrument que je ne connaissais pas ! J’ai tout appris de lui et, avec le temps, à jouer de lui, à être tout contre lui, à l’envelopper. À incarner les sons qu’il produisait car toutes les musiques doivent être incarnées pour exister. Du coup, la voix est apparue comme une continuité. La voix est celle du violoncelle. »

Playlist de l’émission : « La Tour de Babel », « Calamity Jane ». En écoute ici (21 janvier) et en podcast . Mensuelle, elle est diffusée le vendredi entre 20h et 21h, insérée dans le corps de Jazz à part de Pierre Lemarchand, émission d’une heure sur l’actualité des musiques improvisées, sur Radio HDR à Rouen et Principe actif à Evreux.

Read Full Post »