Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Blasé’

Ni les notes de pochette du disque ni les différentes critiques écrites au fur et à mesure des années, le plus souvent par des hommes, ne font état de l’incroyable puissance féministe des paroles de la chanson « Blasé », mi-chantée mi-parlée par une Jeanne Lee porte-parole de la femme noire américaine qui, en pleine période de libération des Noirs (1969), aperçoit au loin qu’elle ne récoltera pas les fruits de son combat. Solidaire des hommes, elle se voit cantonnée au rôle de « reproductrice des forces armées » (Frances M. Beal citée par Kimberly Springer in Living For The Revolution : Black Feminism Organizations, 1968-1980, 2005).

Echo au « Who Will Revere The Black Woman ? » d’Abbey Lincoln, publié en septembre 1966 dans le Negro Digest, un texte pas si univoque qu’il en a l’air, « Blasé » est une formidable claque musicale et politique. L’écrin que les musiciens (Archie Shepp en tête) donnent au message de Jeanne Lee, aussi bien sur ce morceau que sur « There Is A Balm In Gilead », semble avoir été oublié. Alors qu’on entend dans cette dernière chanson :

« Is there is no balm in Gilead ? Is there no physician here ? Why then is not the health of the daughter of my people recovere ? »

voici les paroles, en anglais et en français, de « Blasé » :

« Blasé…. Ain’t you Daddy? / You shot your sperm into me, / And never set me free. / This ain’t a hate thing… / It’s a love thing / If lovers every really love that way / The way they / Say. / I gave you a loaf of sugar, / You tilt my wound ’til it runs. / All of Ethiopia awaits you / My prodigal son. / Blasé ain’t you big daddy / But momma loves you. / She / Always has. »


Blasé

N’est-ce pas toi qui l’es mon gars ?

Toi

Qui éjacules en moi

Mais ne me libères pas.

Je le dis sans haine

Mais avec amour.

Si les amants s’aimaient jamais vraiment ainsi

Comme il se le

disent.

Je t’ai donné du sucre*

Tu cognes ma matrice jusqu’à ce qu’il coule.

Toute l’Ethiopie t’attend

Mon fils prodigue.

Blasé, n’est-ce pas que tu l’es mon gars ?

Mais maman t’aime tu sais.

Elle

T’a toujours aimé.

* Loaf of sugar fait référence à sugar loaf qui désigne aussi bien l’argent que la semence féminine produite pendant l’acte sexuel.

Monument du free jazz, « Blasé » mérite aussi d’être écouté comme un manifeste féministe et une critique de l’improvisation : modèle libertaire et égalitaire d’un dialogue « libre », l’improvisation n’en échappe pas moins aux divisions sociales de genre, voire contribue à les reproduire en son sein. Lire l’analyse d’Eric Lewis, « Blasé » de Jeanne Lee et la politique de l’identité », dans Textuel n°60 (2010), L’improvisation, ordres et désordres.

Read Full Post »