Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Vidéos’ Category

Résistance

« Résister, c’est libérer la vie qui a été emprisonnée par l’homme. »

Gilles Deleuze

 

Publicités

Read Full Post »

Le jazz, c’est bien quand ça s’arrête aussi.

Le rap thing : Découverts la semaine dernière au festival Sons d’Hiver, Desdamona (Ursus Minor) et Carnage The Executioner réussissent l’exploit de faire aimer le rap à ceux à qui il a toujours donné des boutons. Leur fabuleux duo Ill Chemistry, dont le dernier disque vient de sortir chez Nato (dont on ne dira jamais assez tout le bien qu’on en pense), étonne par sa présence, sa performance et sa musicalité. Arrivés tout droit de Minneapolis, ils donnent corps à des paroles politiques ancrées dans l’expérience, et témoignent d’une volonté touchante de rencontrer le public. Leur rap n’est pas un effet de style, mais bien le meilleur moyen qu’ils aient trouvé pour incarner une urgence à dire et à partager.

Le rock thing : Vous saviez que c’étaient les Beatles qui avaient inventé le clip ? Ils avaient la flemme d’aller aux Etats-Unis pour faire une émission télé alors ils ont envoyé une vidéo à la place, où on les voit simplement interpréter leur morceau sur une scène en carton pâte, avec leurs costumes noirs et leur bouille rigolote, comme ils l’auraient fait là-bas.

PJ Harvey, « The Glorious Land », Let England Shake

Le post-rock thing (même si on sait pas bien ce que ça veut dire) : Garden Parti & Caroline, Yes, de Caroline. La contrebassiste et chanteuse Sarah Murcia est aux commandes d’un projet mégalo sur une femme imaginaire, Caroline, dont le nom est susurré, miaulé, caressé, à chaque morceau ou presque, aux côtés d’une ribambelle de star(lette)s telles que Jeanne Balibar, Rodolphe Burger ou Fantazio. Si le second disque est un peu décevant, le premier, quasiment entièrement instrumental, allie avec génie jazz et rock, grâce à des musiciens de talent : Olivier Py (ts, ss, fl), Gilles Coronado (g) et Franck Vaillant (dms, Simmons SDSV).

Le folk thing : Comme pour Nato, on ne dira jamais assez tout le bien qu’on pense du label Sans bruit, qui est fatiguant de qualité et d’enthousiasme. Mais où sont passés les crocodiles avides de profit et de musique toute prête ? Ils ont été anéantis par la guitare de Pascal Maupeu, qui reprend en solo de grands standards de country/folk américaine dans — attention — Folk Standards, un régal de virtuosité véloce mariée à ce qu’on imagine être un rêve d’enfant. Tout ce qu’on peut reprocher à ce disque, c’est de ne durer qu’une demi heure, une honte quand on a tant de choses à dire !

Le tout à voir mais qu’est-ce que c’est bien : Beaux-Arts, de Sylvain Rifflet.

Gilles Coronado  guitar
Christophe Lavergne  drums, music box
Frédéric Norel  violin
Clément Janinet  violin
Benachir Boukhatem  viola
Olivier Koundouno  cello
Sylvain Rifflet  composition, saxophone & clarinet, metallophone

Voilà, on l’attendait, il est arrivé. Le disque de jazz qui allait nous redonner le sourire et la patate en ces temps de grisaille maussade. Le disque qui allait rebooster le corps comme on redémarre un ordinateur. Le disque qu’on allait avoir envie d’écouter sous perfusion pendant des jours et des jours. Et où il est ce disque ? Chez Sans bruit évidemment !

Read Full Post »

Dans les années 90 un adolescent se balade dans Beyruth à la recherche des traces de la guerre maintenant terminée, le baladeur aux oreilles. Led Zeppelin tourne en boucle. Et lui tourne dans les rues guettant les trous d’obus et les briques au sol. Rien. Plusieurs heures se passent et la ville ne dévoile toujours pas son histoire. Alors que cette histoire tant racontée est sur le point de passer pour de la blague, au détour d’un carrefour, elle se met à parler. Immeubles défoncés, fenêtres évidées comme autant d’yeux morts, trottoirs meurtris… Voici Beirut.

 

in Diagnostic

Ibrahim Maalouf trompettes, pianos, voix, tambourin, marimba, samples, basse, claviers
Zalinde batucada
Oxmo Puccino paroles, voix
Sarah Nemtanu violon
Nenad Gajin guitare
Jasser Haj Youssef violon arabe
Jérémie Dufort tuba
Piers Faccini harmonica
Jasko Ramic accordéon
Guo Gan erhu
Serdar Barcin saxophone

Read Full Post »

Walking and Falling

Alors tu vois le jazz en fait c’est plus un état d’esprit qu’un style en lui-même tu vois ? ouais voilà quoi c’est un peu comme la vieillesse et la jeunesse quoi soit tu l’es soit tu l’es pas quoi tu vois ? tu peux être vieux à vingt ans et jeune à quatre vingt quoi tu vois ? D’ailleurs tu vois tous les festivals qui s’appellent jazz alors que y a pas une goutte de jazz dedans ? ben voilà eux ils surfent sur la vague du « j’écoutedujazzj’enpeuxpluschuistropcool » tu vois ce que j’veux dire ? alors je vois vraiment pas pourquoi ici on pourrait pas écouter des trucs qu’ont rien à voir avec le jazz mais en fait un peu quand même parce que sans eux y aurait pas eu tout le jazz qui s’est inspiré d’eux et inversement tu vois ?

Laurie Anderson, « Walking And Falling », Big Science, 1982

C’est comme y a un autre truc dingue avec le jazz c’est que les gens qui écoutent du rock ou de la chanson trouvent ça élitiste et les gens qui écoutent de la musique classique et contemporaine trouvent ça pouilleux. Du coup, toi, fan de jazz, un jour tu bouffes du caviar et le lendemain tu te roules dans la fange. Et tu sais pas trop quoi leur répondre, aux uns comme aux autres, mis à part peut-être que le jazz en fait c’est plus un état d’esprit qu’un style en lui-même tu vois ?

Read Full Post »

Cette année, la playlist de rentrée sera turque ou ne sera pas.

Aujourd’hui sont publiés sur Citizen Jazz les deux premiers volets d’un dossier sur le jazz à Istanbul : une introduction, d’abord, à la foisonnante vie musicale turque ; un focus ensuite sur le club de jazz le plus « jazz » de la ville, le Nardis. 8 articles sont prévus en tout, à raison de deux publications par semaine. De quoi nourrir un panorama qui se veut le plus large possible sur cette incroyable ville qu’est Istanbul. Belette & Jazz en propose un échantillon, parfois agrémenté de sauce piquante, au rythme des publications.

Ze incontournable que tu peux pas test : Tarkan. On vous a dit que la Turquie, c’était un oud, une zurna et un chanteur à la voix venue du fond des âges ? On vous a trompé. La Turquie, c’est ça :

Une mauvaise pop omniprésente, qui date de préférence des années 80 (que ce soit une réalité ou une métaphore), des sonorités extrêmement kitsch sur fond de jeunes filles en pâmoison. Tarkan est homosexuel, paraît-il, mais jamais il ne l’avouera. Impossible en Turquie. Dans le clip, les rues sont beaucoup trop vides, lumineuses et propres, par ailleurs. La musique, là-bas, c’est à 8 comme à 4 heures du matin, dans les bars, les magasins, les taxis, les étalages, dans la rue, par la fenêtre… partout ! Personne n’y échappe. Et quand vous dites que vous êtes Français(e), on vous répond : « Ah ! Dany Brillant ? »

Ze jâze à la turque : le jazz, là-bas, finalement c’est comme ici, c’est chic, c’est cher, y’a des écrans dans les clubs pour ceux qui voient rien et c’est plus enfumé parce que maintenant c’est interdit. Mais l’esprit y est. Le Duc des Lombards local s’appelle le Nardis, et mine de rien, c’est une prouesse que d’avoir maintenu à flot ce club, qui ne désemplit pas, pendant près de 10 ans. Parce qu’en Turquie, la musique, ce n’est pas une propriété mais un bien collectif. Pourquoi payer pour aller voir un concert quand on peut en entendre chaque jour dans la rue ? On ne compte pas les concerts impromptus dans les bars, les restaurants, aux sonorités locales ou ultra contemporaines, peu importe. Sauf que leurs standards ressemblent plus à ça qu’à Night in Tunisia :

Alors les amoureux des thèmes de Gillespie vont écouter le pianiste Kürşad Deniz et/ou la chanteuse Sibel Köse au Nardis, un endroit où l’on peut tout de même entendre de temps en temps le groupe de la vidéo précédente, Yansımalar.

Ze rock à la turque : Plus intéressant, les mélanges trad/moderne un peu alternatifs. Et pour ça, le premier groupe qui vient aux lèvres de la Turquie entière, c’est BaBa Zula, un groupe d’ « oriental dub ». Ce sont eux qui ouvrent le film Crossing The Bridge de Fatih Akin, qui brosse un portrait complet de la musique à Istanbul, sans se cantonner à un seul genre. On y passe quelques jours en compagnie de ce groupe, qui incarne l’Istanbul d’aujourd’hui, et dont on peut voir un clip sur Youtube. On y entend aussi le merveilleux joueur de clarinette Kudsi Erguner ou encore la chanteuse kurde Aynur Doğan, autant de musiciens dont on reparle dans les semaines à venir !

Read Full Post »

Read Full Post »

Read Full Post »

Read Full Post »

… ou la playlist de la patate.

La dingo-patate : Le Sacre du Tympan, Le Retour. Pluie de cuivres et rock festif. On se croirait dans la BO d’un film policier d’aventures romantique, quelque part entre Luciano Berio et The Divine Comedy. Bientôt un nouvel album : Soundtrax. Concert de sortie de disque le 13 mai à l’Alhambra (Paris Xè).

La patate psyché : Yom and The Wonder Rabbis, With Love. Road trip le long du Danube, sur fond de paysage post-apocalyptique, entre klezmer traditionnel et transe rock, à grands renforts de lentes montées en puissance et de grosse caisse. Les supers rabbins et leur meneur partent reconquérir le monde avec une clarinette (Yom), des claviers (Manuel Peskine), une basse électrique (Sylvain Daniel) et une batterie (Sébastien Lété sur le disque et Emiliano Turi en concert). Ça ne se prend pas au sérieux mais ça prend sérieusement les tripes. (Morceaux en écoute sur le site.) Concert de sortie de disque le 15 avril à la Maroquinerie (Paris, XXè).

La patate punk : Jean Louis. Rond, tordu, pointu, les crocs de Morse n’en finissent pas de hurler, avec trompette, guitare, contrebasse, batterie et objets. Aymeric Avice, Joachim Florent et Francesco Pastacaldi ont produit leur propre album (tranchemusic@hotmail.fr) et regonflé le sens du mot punk. Le bruit, c’est la mélodie, et vice versa. Ça s’amuse, mais ça ne se perd pas. Très construits, les morceaux empruntent à toutes les maisons – jazz, rock, pop – pour un combo qui envoie… la patate. Un titre en écoute sur youtube. En concert au Triton (Les Lilas, 93) le 9 juin 2011.

La douce patate : Le Trio Joubran, AsFar. Nés en Palestine, possédant la double nationalité palestinienne et israélienne, les trois frères du Trio Joubran jouent du oud depuis quatre générations, et sont accompagnés cette fois-ci par Yousef Hbeisch (percussions) et Dhafer Youssef (voix). Je ne saurais trop vous conseiller, pour découvrir cette patate du monde, d’aller écouter les extraits de concert avec Mahmoud Darwich : la langue arabe est sublimée par une musique venue du fond des âges.

La patate du futur : elle arrive.

La patate chaude : Magic Malik, Short Cuts. Alors que le disque commence par une jolie pop bien faite et bien agréable, on a vite l’impression, avec l’apparition de toutes sortes d’effets électroniques, d’avoir affaire à une nouvelle BO de Star Wars, version R2D2. Je suis perplexe. Le mieux, c’est encore d’aller se faire une idée par soi-même, ici.

La patate qu’a rien à voir mais qu’est-ce que c’est bien :

Read Full Post »

Ou la musique qui réchauffe. Dans le cadre des publications saisonnières du Z Band, trois échantillons RocK-JâZ qui font fondre la glace.

Björk et PJ Harvey, « I can’t get no satisfaction », en concert. Ou le summum de l’érotisme.

John Petrucci et Jordan Rudess, « Fauria Taurina », in An Evening With. Le plus jazzy des trois, bien que ci-dessous ça se défende. Les rôles s’inversent, on se travestit, on se déguise : ici c’est du rock qui se transforme en jazz, en bas c’est l’inverse. La Furie Taurine, ou la montée jouissive du plaisir musical.

Marvin Pontiac, « Pancakes », in The Legendary Marvin Pontiac. Pornomusic by John Lurie.

* * *

Chez les copains :

Ursus Minor, funk la neige ! – JazzOcentre

Carlos Villoslada – Jazzques

Dolphy, Varese, Coltrane & Stockhausen et Out To Lunch – Jazz à Paris

Manon, viens danser le ska ! – Jazz Frisson

Festen – Maître Chronique

Benzine & Soo Bin Park – Ptilou’s Blog

Faire fondre la neige, l’entreprise du Captain Kirk – Mysteriojazz

Cordula Hamacher Quartet « Connected » – Jazz, Chroniques et coups de coeur

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »